Avec LTE, AT&T n'a pas encore fini de faire évoluer son réseau

Plusieurs initiatives de réseau dévoilées cette semaine par AT&T montrent que le transporteur est loin d'avoir terminé de faire progresser son réseau alors qu'il atteint une large empreinte avec le LTE.

La société prévoit de déployer la technologie de diffusion LTE au cours des trois prochaines années pour l'aider à fournir du contenu spécialisé dans des endroits spécifiques, entre autres, a déclaré mardi matin le président-directeur général Randall Stephenson lors d'une conférence financière Goldman Sachs. Au cours de la même session, il a exposé l'objectif d'AT & T de convertir l'ensemble de son infrastructure en un système basé sur le LTE, IP (Internet Protocol) et le cloud computing, en remplaçant les lignes téléphoniques traditionnelles en cuivre d'ici 2020..

Lundi, AT&T a signalé un engagement envers SDN (mise en réseau définie par logiciel) et NFV (virtualisation des fonctions réseau), y compris la recherche de fournisseurs de technologies avec de nouvelles idées. Et en clin d'œil au potentiel des réseaux Wi-Fi sans licence, il a annoncé mardi un partenariat avec Fon pour étendre l'itinérance Wi-Fi internationale.

LTE est officiellement synonyme d'évolution à long terme, et la norme mondiale évolue elle-même dans les prochaines versions qui permettront des fonctionnalités telles que la combinaison de bandes de fréquences distinctes en une seule. Mais AT&T, comme d'autres opérateurs, continue également de trouver des moyens de rendre son réseau plus efficace et mieux en mesure de gérer la demande de données mobiles qui, selon Stephenson, augmente d'environ 50% chaque année..

AT&T espère répondre à cette demande avec LTE Broadcast, qui est conçu pour envoyer des types spécifiques de contenu à certains moments et à certains endroits, tels que des sites sportifs. Cela peut alléger le fardeau du réseau mobile général d'un opérateur, réduire la congestion et augmenter la vitesse des abonnés.

Le plan d'AT & T pour la diffusion LTE est une sorte de retour à la maison pour la technologie, qui a ses racines dans le défunt FLO TV de Qualcomm. Après que le service vidéo FLO TV fourni par Qualcomm n'a pas réussi à se propager, AT&T a acquis le spectre sur lequel il fonctionnait. Le transporteur prévoit désormais d'utiliser ces fréquences pour la diffusion LTE.

L'achat de spectre a donné à AT&T 12 MHz de fréquences dans les zones les plus peuplées des États-Unis près des côtes et 6 MHz vers le centre du pays, a déclaré Stephenson. Il utilisera ce spectre pour diffuser des vidéos et d'autres contenus dans des environnements où la plupart des gens sont intéressés à voir les mêmes choses, a-t-il déclaré..

À titre d'exemple d'utilisation de la diffusion LTE, un opérateur peut l'activer dans un stade de football pendant un match pour diffuser du contenu lié au football, comme des rediffusions instantanées et mettre en évidence des vidéos d'autres jeux. Au lieu que chaque fan tire un flux individuel pour chacune de ces vidéos, un flux pourrait être envoyé à tous les abonnés du stade.

La diffusion LTE pourrait également être utilisée pour des reportages en direct ou des événements sportifs sur une zone plus large. Une autre utilisation que certains envisagent pour la technologie est la livraison de gros morceaux de contenu, tels que les mises à jour du système d'exploitation, pendant la nuit ou les heures du jour lorsque le réseau cellulaire n'est pas aussi largement utilisé..

Selon Daryl Schoolar, analyste chez Ovum, quelques différences clés entre LTE Broadcast et FLO TV devraient accroître le succès de la nouvelle technologie. D'une part, LTE Broadcast n'aura pas besoin d'un réseau dédié comme celui utilisé pour FLO TV, a-t-il déclaré. Le spectre pourrait être alloué à la radiodiffusion à des moments et dans des endroits où il serait probablement nécessaire plutôt que d'être bloqué pour envoyer les mêmes chaînes tout le temps dans une ville entière. Quand ce n'est pas nécessaire, ces fréquences peuvent être agrégées dans le bloc utilisé pour les données mobiles générales, a déclaré Schoolar.

En outre, davantage d'appareils sont susceptibles de pouvoir diffuser LTE. Les fournisseurs de réseau, dont Alcatel-Lucent et Ericsson, soutiennent la technologie, et les dirigeants de Qualcomm ont déclaré en avril que la société renforçait le support de ses populaires processeurs mobiles Snapdragon.

Stephenson s'attend à ce que l'infrastructure de diffusion LTE d'AT & T soit «mature à l'échelle» d'ici trois ans. Le rival d'AT & T, Verizon Wireless, utilise la même technologie, les dirigeants y disant qu'ils prévoient d'offrir des services l'année prochaine.

AT&T s'est également engagé dans de nouvelles technologies pour son architecture de réseau sous-jacente. Lundi, la société a dévoilé la deuxième génération de son programme de domaine fournisseur, à travers lequel la société planifie son infrastructure et sélectionne des fournisseurs pour fournir ses pièces..

Dans la nouvelle phase, appelée Domaine 2.0, AT&T prévoit d'utiliser SDN et NFV pour réduire les coûts et offrir de nouveaux services plus rapidement.

SDN sépare le plan de contrôle qui régit un réseau du plan de transmission qui envoie des paquets à travers lui. NFV supprime les processus sous-jacents aux services réseau des périphériques matériels spécialisés et les transforme en logiciels purs pouvant fonctionner sur des plates-formes informatiques génériques moins coûteuses.

"Le matériel est un produit de base et le logiciel est là où se trouve toute l'intelligence", a déclaré Stephenson. AT&T virtualise déjà ses propres centres de données et souhaite étendre le processus à son réseau principal, a-t-il déclaré.

Les nouvelles approches devraient aider l'opérateur à créer de nouveaux services et applications, à générer des revenus plus rapidement et à fournir des performances, une sécurité et une fiabilité élevées sur le réseau, a déclaré AT&T..

Les deux sont assez nouveaux, avec des standards et des API (interfaces de programmation d'application) toujours en train d'émerger. Mais dans un communiqué de presse qui a donné peu de détails, AT&T s'est engagé fermement à les mettre en œuvre et a déclaré qu'il commencerait à sélectionner les fournisseurs et à signer des accords pour le domaine 2.0 plus tard cette année et l'année prochaine..

"Au cours des cinq prochaines années, vous verrez une virtualisation du réseau", a déclaré Stephenson..

Stephen Lawson couvre les technologies mobiles, de stockage et de mise en réseau pour Le service IDG News. Suivez Stephen sur Twitter à @sdlawsonmedia. L'adresse e-mail de Stephen est [email protected]

Rejoignez les communautés Network World sur Facebook et LinkedIn pour commenter des sujets qui vous tiennent à cœur.