Avec la vente à Africell, Orange commence à se retirer de l'Afrique de l'Est

L'opérateur français de télécommunications Orange a finalement vendu ses opérations en Ouganda à Africell comme première étape vers la sortie totale du marché des télécommunications en Afrique de l'Est.

La société devrait également se retirer du marché kenyan alors que la concurrence dans la région continue de mordre dans les bénéfices.

La vente de l'opération ougandaise, dont la valeur n'a pas été rendue publique, devrait augmenter la base d'utilisateurs d'Africell de 700 000 abonnés et lui donner la technologie de réseau 2G, 3G et 4G.

Avec l'acquisition d'Orange Ouganda, Africell prévoit un chiffre d'affaires brut de plus de 270 millions de dollars en 2014 pour atteindre respectivement 350 millions et 500 millions de dollars en 2015 et 2016..

La décision d'Orange Telecom de quitter le marché des télécommunications en Afrique de l'Est fait suite à la décision du gouvernement kenyan d'autoriser la vente du yuMobile indien à Safaricom et à Airtel, le plus grand rival d'Orange sur le marché est-africain.

La semaine dernière, Safaricom a annoncé qu'elle avait reçu le feu vert des autorités réglementaires kenyanes - la Communications Authority of Kenya (CA), le régulateur du secteur des télécommunications du Kenya et la Competition Authority of Kenya (CAK) - pour acheter yuMobile. Cela a poussé Orange Telecom à commencer à vendre ses opérations en Afrique de l'Est, à commencer par l'opération ougandaise.

Il a averti en mars de cette année que la société se retirerait des marchés des télécommunications kenyans et ougandais si la vente prévue de yuMobile se poursuivait et si la possibilité d'acquérir des partenaires supplémentaires dans les deux pays échouait..

La vente de yuMobile à Safaricom et Airtel signifie qu'Orange Telecom est devenu le plus petit opérateur sur le marché des télécommunications au Kenya. Safaricom est le plus grand, suivi par Airtel, tandis qu'Orange est troisième, avec une part de marché de seulement 7,1%, comprenant moins de 300 000 abonnés.

Plus tôt cette année, Orange a engagé Lazard Consultants pour l'aider dans une revue stratégique de ses opérations en Afrique de l'Est.

Orange est entré sur le marché ougandais en 2009 en promettant de révolutionner le marché des télécommunications du pays. En 2012, la société a toutefois annoncé la vente de son réseau de tours de télécommunications sans fil en Ouganda aux tours Eaton.

Orange a commencé à faire face à une forte concurrence en Ouganda l'année dernière lorsque Airtel Uganda a acheté Warid Telecom pour 100 millions de dollars. Au Kenya, Orange Kenyan a enregistré une baisse de ses revenus à 9,7 milliards de shillings kenyans (114 millions de dollars) en 2013, contre 10,2 milliards de shillings en 2012.

Orange Telecom est entré sur le marché kenyan après avoir acheté une participation majoritaire de 51% dans Telkom Kenya, un opérateur public en 2008. La société a par la suite acheté des actions supplémentaires de Telkom au gouvernement kenyan pour atteindre 70% de la société..

Orange est actuellement présent dans 15 pays africains, dont l'Égypte, le Niger et le Botswana.

Edith Mwale, analyste des télécommunications au Centre africain pour le développement des TIC, a déclaré: «contrairement à l'Ouganda, si l'opérateur décide de quitter le marché kenyan, il sera très difficile de vendre l'opération car le marché de la voix au Kenya est devenu presque saturé et, par conséquent, moins attrayant."

Africell, quant à lui, a déjà des opérations en Ouganda et dans d'autres pays africains, notamment en République démocratique du Congo (RDC), en Sierra Leone et en Gambie.

L'opérateur a déclaré qu'il atteignait maintenant 11 millions d'abonnés actifs, une augmentation de 700% sur une période de cinq ans, et prévoit de terminer l'année avec plus de 12 millions d'abonnés.

L'achat des opérations d'Orange, a déclaré le président-directeur général d'Africell, Ziad Dalloul, «est une étape importante pour l'entreprise; cette acquisition ajoutera une croissance substantielle à notre portefeuille qui comprend déjà le réseau qui connaît la croissance la plus rapide en RDC et deux autres opérations en Gambie et en Sierra Leone. »

En Ouganda, la société est confrontée à une forte concurrence de MTN, le plus grand opérateur africain, et d'Airtel Uganda.

Rejoignez les communautés Network World sur Facebook et LinkedIn pour commenter des sujets qui vous tiennent à cœur.