Le plus petit module 3G du monde apportera Internet à toutes sortes d'appareils

AT&T a certifié un module de puce 3G que le fabricant appelle le plus petit du monde, mais cela ne signifie pas que le transporteur recherche les tout-petits comme sa dernière clientèle inexploitée.

Le module U-blox SARA-U260, qui mesure 16 sur 26 millimètres, peut gérer les appels vocaux. Mais il n'est pas conçu pour les très petits téléphones destinés aux petites mains. Au lieu de cela, il est destiné à transporter les petites quantités de données que les machines s'envoient mutuellement sur l '«Internet des objets», où la forte couverture géographique - la 3G est plus importante que la vitesse de pointe. Cela signifie des choses comme les compteurs électriques, les montres de fitness et les appareils embarqués que les compagnies d'assurance utilisent pour surveiller la conduite des assurés.

La certification AT&T signifie que les fabricants d'appareils peuvent désormais commencer à créer des produits autour du module U260 pour une utilisation sur le réseau de l'opérateur. Le module U260 est équipé pour une utilisation sur les réseaux 3G avec itinérance en 2G si nécessaire, comme dans les zones rurales. Selon U-blox, il comprend des fonctionnalités pour divers types d'équipements connectés, y compris des appareils télématiques, des terminaux de point de vente, des appareils portatifs et des compteurs de services publics. Avec A-GPS (Assisted Global Positioning System), il dispose d'une technologie hybride appelée CellLocate qui utilise des signaux cellulaires pour une localisation à l'intérieur ou dans d'autres endroits où le GPS n'est pas disponible.

Alors que la 4G LTE est ce que la plupart des utilisateurs recherchent maintenant sur leurs smartphones et que la 5G recueille la plupart des titres de technologie de réseau, les réseaux 3G et 2G fonctionnent toujours et sont assez rapides pour de nombreuses applications IoT grand public et d'entreprise. Aux États-Unis, la plupart des réseaux 3G devraient rester en ligne au moins jusqu'à la fin de cette décennie.

IDC estime qu'il y a 1,4 milliard d'appareils non téléphoniques connectés aux réseaux cellulaires dans le monde et qu'il y en aura 8 milliards d'ici la fin de 2018. La technologie cellulaire a assumé une grande partie des tâches qui étaient auparavant gérées par des réseaux propriétaires, en partie parce que -la fabrication de volumes a amené des coûts cellulaires bien inférieurs à ceux des systèmes spécialement construits. La plupart des machines à connexion cellulaire dans le domaine utilisent aujourd'hui la 2G ou la 3G, qui sont souvent moins chères que la 4G, peuvent fonctionner avec moins d'énergie et sont bien adaptées pour transporter de petits morceaux de données sur la vitesse, les transactions, le mouvement ou la consommation d'énergie.

AT&T poursuit activement le secteur des appareils connectés avec des offres telles que sa série de systèmes Digital Life pour les maisons connectées. Le transporteur a créé son organisation Emerging Devices il y a huit ans et a récemment nommé l'ancien chef de ce groupe, Glenn Lurie, en tant que PDG d'AT & T Mobility.

Rejoignez les communautés Network World sur Facebook et LinkedIn pour commenter des sujets qui vous tiennent à cœur.